ifsi-sudfrancilien.com : Tout sur le secteur de la santé Maladies La neuropathie diabétique : ce qu’il faut savoir.

La neuropathie diabétique : ce qu’il faut savoir.

La neuropathie diabétique, aussi appelée polynévrite diabétique, est une complication fréquente du diabète à long terme. Elle peut être particulièrement douloureuse autant qu’invalidante. Elle s’explique comme une atteinte de plusieurs nerfs par suite de la dégénérescence de leur structure, consécutive à une hyperglycémie prolongée. Elle peut toucher les nerfs des systèmes autonome, sensoriel ou moteur. Les symptômes dépendront des nerfs touchés.

Les symptômes de la neuropathie diabétique :

On peut ressentir des douleurs, surtout de nuit. En fait, il s’agit de troubles de sensibilité à la douleur ; la personne peut ne rien ressentir lors d’une piqûre, tandis qu’une autre peut ne pas supporter le simple contact d’un drap ou d’un vêtement.
Touchant à la qualité de vie, les mictions se font plus fréquentes et le risque d’insuffisance rénale augmente. On pourra constater alors une hypertension artérielle, qui va affecter toutes les parties du corps, à terme : le cœur, les reins, les yeux, les petits vaisseaux sanguins…
On constate aussi une perte de poids rapide, une perte d’élasticité de la peau, ressentir une soif anormalement fréquente et intense.
Si ce sont des nerfs du système autonome qui sont touchés, on peut avoir un dysfonctionnement de l’appareil digestif, des organes génitaux ou encore de ceux de la vision à cause de la mauvaise circulation sanguine, entrainant un mauvais approvisionnement en oxygène du nerf. On ressent des picotements aux extrémités des orteils ou des doigts. Le système cardiovasculaire ainsi atteint peut se manifester par une hypotension orthostatique (vertige au lever d’une station couchée), ou par un infarctus du myocarde silencieux.
Chez le diabétique, une grande sensibilité aux infections (peau, gencives, voies respiratoires, vagin, vessie) est vite remarquée. La moindre plaie se cicatrise difficilement. Le pied est souvent touché où l’ulcération des plaies peut conduire à une gangrène, obligeant à l’amputation.

Le diagnostic de la neuropathie diabétique :

Il se fera par le médecin qui demandera une analyse de glycémie, et de glycosurie. Un électromyogramme, avec un test de sensibilité, et un électrobiogramme lui permettront d’affiner son diagnostic de neuropathie.

Traitement et prévention de la neuropathie diabétique :

Le traitement repose sur le traitement de la cause : le diabète. Il faudra rechercher un équilibre glycémique, de façon à stabiliser l’atteinte des nerfs, et ainsi améliorer la conduction nerveuse et la sensibilité.
La prise de médicament hypoglycémiant sera suivie régulièrement par le médecin. Contre les douleurs, ces médicaments seront des anti-inflammatoires, des antiépileptiques, voire des dérivés morphiniques. Parfois, on recourra à des antidépresseurs. Notons que la prise d’une petite dose d’aspirine, autrefois conseillée, est de plus en plus abandonnée.
A titre de prévention, un changement de mode d’alimentation, associé à de la marche à pied quotidienne d’une demi-heure réduit de moitié les risques d’incidence des complications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *